La “Samichlaus”, brassée une fois l’an

13/02/2012
in Category: Bières autrichiennes
0 1564 0

La “Samichlaus”, brassée une fois l’an

2012_02_13_Samichlaus_01Il était une fois un petit château niché au cœur de la campagne autrichienne. Là, pas bien loin de la frontière allemande, à mi-chemin entre Salzbourg et Linz, se déroule une fois l’an un curieux manège. Le 6 décembre, et le 6 décembre seulement, les experts du schloss Eggenberg brassent la Samichlaus. Une bière ensuite mise en garde pendant dix longs mois avant sa commercialisation.

Samichlaus ? Saint Nicolas, en suisse alémanique (d’où l’idée d’un brassage le 6 décembre, jour de la Saint-Nicolas, évidemment). Il s’agit, à la base, d’une bière helvète lancée en 1979, à Zurich, par Hürliman. Quand ceux-ci stoppent leur production, en 1997, Eggenberg en récupère les droits de fabrication. Et prend la suite.

“Parmi les bières les plus fortes du monde.”

La brasserie autrichienne, active depuis 500 ans, est plutôt spécialisée dans les produits à forte teneur en alcool. La Samichlaus, par exemple, titre à 14 %. Ce qui lui vaut la réputation d’être parmi les bières les plus fortes du monde. Cela dit, dans cette catégorie, elle reste assez loin de la “Sink the Bismarck !“, produite par les Écossais de BrewDog. Une société menée par deux furieux qui avaient proposé, en 2010, “The end of history », titrant à 55 % et embouteillée dans un écureuil empaillé. Mais l’on s’égare. Revenons-en à la Samichlaus.

La fiche technique :

  • Nom : Samichlaus.
  • Brasserie : Eggenberg.
  • Type : lager / doppelbock.
  • Teneur en alcool : 14 %.
  • Pays : Autriche (commune de Vorchdrof, en Haute-Autriche).

À l’œil : très ambrée, d’un cuivre profond. Pas de faux col.

Au nez : arômes puissants, sucrés et assez agréables. On y repère un peu de mirabelle, de la pomme au four et quelques figues.

En bouche : attaque sucrée. Une touche de miel assez présente, au point d’avoir un arrière-goût de chouchen. Puis une pointe de figue et une légère amertume. Au final, les saveurs disparaissent. Et on ne sent plus que l’alcool…

Note : 13/20. Ne tient pas toutes ses promesses. Dommage, les premières gorgées étaient franchement encourageantes.

Ultime précision : le « petit » château d’Eggenberg, situé dans la commune de Vorchdorf et dont il est ici question, ne doit pas être confondu avec le « grand » château d’Eggenberg, classé au patrimoine mondial de l’Unesco et construit, à partir du XVe siècle, à Graz.

, , , ,

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :