La « Baïne », brassée au milieu des vignes

28/03/2012
in Category: Bières françaises
0 1019 0

La « Baïne », brassée au milieu des vignes

2012_03_28_Entre_deux_bieres_baine_01Les brasseurs sont (souvent) formidables. Et (parfois) pleins d’humour. Tenez, regardez comment ils baptisent leurs productions. Deux petits exemples, pris au hasard : la « Franche d’en bas », née en Franche-Comté, évidemment, et la « Demi de mêlée », la bière du rugby lancée en Bretagne, l’autre pays de l’ovale. Enfin, paraît-il…

Quand Karin Forrer a ouvert sa propre brasserie, fin 2009, elle a choisi de respecter cette tradition. De faire dans le jeu de mots. Le trait d’esprit. Et d’abattre, en plus, la carte du local. Où s’est-elle installée ? En Gironde, à l’est de Bordeaux, au beau milieu des vignes de l’Entre-deux-Mers, entre Dordogne et Garonne. Quel nom a-t-elle donné à sa petite fabrique ? L’Entre-deux-bières. Plutôt bien trouvé, non ?

“Un soupçon de jus de raison noir.”

Pharmacienne de formation, Karin Forrer a appris l’art délicat de la brasserie à l’université de La Rochelle. Qui délivre, cas unique en France, un diplôme spécialisé. Elle produit, dans un ancien chai à Mauriac, des bières de garde qui vieillissaient auparavant en fûts de chêne.

Dans ses cuves, trois créations. Dont celle qui nous intéresse aujourd’hui, « La Baïne ». Une belle ambrée issue d’une haute fermentation (entre 19 et 22 degrés) puis d’une maturation d’au moins trois semaines à basse température (5 degrés). Petite touche finale, Karin Forrer ajoute au tout un soupçon de jus de raisin noir.

La fiche technique :

  • Nom : La Baïne
  • Brasserie : Entre deux bières.
  • Type : ale ambrée.
  • Teneur en alcool : 7 %.
  • Pays : France (à Mauriac, en Gironde).

À l’œil : une bière orange plus que rousse, un peu trouble et pétillante. Une mousse bien blanche qui n’accroche pas au verre.

Au nez : un arôme sucré, proche des fruits rouges. Sans doute du cassis.

En bouche : sucrée, mais jamais écœurante. On retrouve bien le côté fruité des arômes. Quasiment pas d’amertume. Tient bien en bouche.

Note : 13,5/20. Très surprenante pour une ambrée. Mais elle pèche par un côté un peu trop simple. Il ne lui manque qu’un tout petit quelque chose pour intégrer l’élite de la bière.

Après une seconde dégustation, on a du mal à retrouver le cassis. On lui trouve maintenant un arôme d’abricot. Ce qui n’a plus grand-chose à voir. Un peu plus d’amertume aussi, et une saveur qui rappelle (de loin) le brugnon. En revanche, elle tient toujours aussi bien en bouche. [Modification apportée le 13 avril 2012]

Au fait, cela veut dire quoi, baïne ? Sachez que le long du littoral aquitain, c’est le nom donné à un phénomène naturel qui entraîne les nageurs au large. Vers une noyade quasi-certaine. Pour ceux que cela intéresse, une petite animation ici.

Épisodes avec la même brasserie : l’Entre 2, la Tchanquée.
, , , , ,

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :