De l’eau dans la bière : l’« Ename cuvée 974 »

13/05/2012
in Category: Bières belges
0 929 0

De l’eau dans la bière : l’« Ename cuvée 974 »

2012_05_13_Ename_cuvee_974_01Qu’utilise-t-on pour brasser de la bière ? De quoi a-t-on besoin ? De la passion du brasseur, déjà. De céréales maltées, bien sûr. De levures, aussi. De fleurs femelles de houblon, logiquement (sans cela, on produit de la cervoise). Des épices ou des fruits, éventuellement. Et de l’eau. Beaucoup d’eau. Des litres d’eau.

On a souvent la faiblesse d’oublier tout le poids que ce liquide faussement basique peut avoir sur le goût final d’une bière. Et pourtant… L’eau représente, à la louche, 90 % du produit final. Une prédominance qui, forcément, influe sur les saveurs et la texture.

Prenez, par exemple, l’« Ename cuvée 974 », produite en Belgique par la brasserie Roman, à Oudenaarde (Audenarde en français). Là où a d’ailleurs été jugée, cette année, l’arrivée du Tour des Flandres. Roman utilise une eau de puits réputée pour sa forte teneur en fer. Le résultat ? Une sensation métallique assez nette en bouche. La preuve d’un certain caractère. Mais une touche pas forcément apprécié par tous (en l’espèce, pas par moi).

Puis-je me permettre une petite citation ? Allons-y. Pour la route, du Michael Jackson (« La Bière », aux éditions Gründ) :

“L’eau doit présenter un heureux équilibre entre certains minéraux, notamment le calcium et le magnésium. Ces substances sont responsables de la dureté de l’eau et de son goût en bouche […] Le calcium et le magnésium jouent aussi un rôle important dans la biochimie du brassage : le calcium atténue l’alcalinité de la plupart des malts et garantit les conditions optimales dans lesquelles les enzymes assurent le processus de brassage. D’autres minéraux présents dans l’eau interviennent : des traces de zync et de cuivre sont souhaitables car nécessaires aux levures responsables de la fermentation […] Des traces de sulfate peuvent donner à la bière une attaque vive, mais trop de sulfate donnera de l’amertume.”

“Des origines qui remontent au XVIe siècle.”

Pour en revenir à la brasserie Roman, sachez que ses origines remontent au XVIe siècle. À l’époque, Justius Roman tenait un relais sur la voie Cologne-Calais. Douze générations plus tard, la même famille est toujours à la tête de l’entreprise, via Louis Roman (rien à voir, à ma connaissance, avec le Louis Roman interprété par Victor Lanoux dans « Louis la brocante »). Elle propose dix bières différentes, dont quatre « Ename » nommées ainsi en référence à une ancienne abbaye toute proche. Roman produit aussi un cola, une limonade et plusieurs eaux minérales.

La fiche technique :

  • Nom : Ename cuvée 974.
  • Brasserie : Roman.
  • Type : ale ambrée.
  • Teneur en alcool : 7 %.
  • Pays : Belgique (à Mater-Oudenaarde, en Flandre orientale).

À l’œil : une belle couleur cuivrée. Des bulles qui remontent le long de la paroi du verre. Une mousse assez épaisse.

Au nez : des arômes assez légers qui n’agressent pas l’odorat. Quelque chose d’assez fruité. Des agrumes, sans doute. De la paille, aussi.

En bouche : légère saveur de raison sec. Final fruité avec une pointe d’amertume. Et surtout, une sensation métallique très présente.

Note : 13,5/20. La prédominance de son côté métallique ruine l’ensemble. Dommage, le reste est intéressant.

, , , ,

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :