Un Noël écossais made in Belgium

24/12/2012
in Category: Bières belges
0 871 0

Un Noël écossais made in Belgium

Un chardon comme emblème. Un tartan sur 2012_12_24_Gordon_xmas_01certaines de ses bouteilles. Une gamme née « dans les landes lumineuses au milieu des lochs sauvages et des châteaux hantés », à laquelle on a donné le nom d’un clan mythique. Une scotch ale pour fêter Noël. Bref, les bières Gordon, dont la « Xmas », symbolisent l’Écosse légendaire. À un (léger) détail près. Elles ont été imaginées en Belgique par un brasseur anglais…

À défaut de créer des bières d’exception (mais tout de même correctes), la brasserie John Martin’s a toujours brillé par son usage novateur du marketing. Logique, puisqu’elle a débuté son activité non pas par produire, mais par importer. Des sodas, comme le Schweppes. Ou des bières, dont la Guinness. Et dans la catégorie « utilisation réussie d’un concept marketing », la gamme des Gordon est une sacré succès. Au point qu’Internet regorge de sites où l’on vous explique, la main sur le cœur, qu’elle est importée directement d’Édimbourg.

« En théorie, des saveurs sucrées mais pas écœurantes grâce à une utilisation intelligente de l’amertume du houblon. »

En réalité, la firme a été fondée en 1909 par John Martin, un maître-brasseur anglais originaire du Suffolk et installé en Belgique, à Anvers. Elle est aujourd’hui dirigée par son petit-fils, Anthony Martin, et basée côté wallon, à Genval. Difficile de savoir où sont brassées les Gordon. Leur lieu de production n’est en tout cas pas mentionné sur le site web de la marque (ou alors on l’a manqué, ce qui reste possible, mais mince, on a quand même bien cherché).

La « Xmas », mise au point dans les années 1930, est une scotch ale. Donc, en théorie, on doit y retrouver des saveurs sucrées, mais pas écœurantes grâce à une utilisation intelligente de l’amertume du houblon. Voyons cela.

2012_12_24_Gordon_xmas_02

La fiche technique :

  • Nom : Gordon XMas.
  • Brasserie : N. V. John Martin.
  • Type : scotch ale / bière de Noël.
  • Teneur en alcool : 8,8 %.
  • DLUO : novembre 2013.
  • Pays : Belgique.

À l’œil : couleur acajou. Mousse crémeuse, plutôt abondante mais qui s’aère très rapidement.

Au nez : un arôme de sucre candy, auquel s’ajoute une pointe de sirop d’érable. Ensemble assez caramélisé.

En bouche : premières notes sucrées et caramélisées (sans surprise, donc). Belle amertume qui arrive dans un second temps. Longueur en bouche agréable. Bière plutôt moelleuse.

Note : 14/20. Classique, sympathique. Mais rien de révolutionnaire.

L’avantage de Noël et de son réveillon (l’avantage ou le problème, à vous de voir d’ailleurs), c’est qu’il y a toujours des restes. Un morceau de dinde à finir le 26 décembre, une part de bûche pour le 27, une bière de Noël pour le 28. Tout ça pour dire que cette petite série spéciale Noël, entamée avec la Lutine et poursuivie avec la « Xmas », n’est pas terminée. Et se poursuivra jusqu’en 2013.

, , , ,

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :