Un cas de conscience

06/04/2013
in Category: Bières françaises
0 847 0

Un cas de conscience

Yapasquelakro, le blog des bières qui vont bien,2013_04_06_Hollbeer_summum_01 n’avait jamais, jusqu’à aujourd’hui, évoqué le cas d’une bière qui ne va pas. Pour mémoire, la plus mauvaise note donnée depuis le début de cette modeste aventure est un petit 10/20 (ici). Rien de bien méchant, donc. Mais voilà, nous sommes, par honnêteté, bien obligés de le reconnaître. Oui, on peut être déçu par une bière artisanale.

Mais que faire ? Écrire ? Livrer quand même ses impressions ? Ou se taire, et passer à la suivante, sans doute meilleure ? Parce que, dans le fond, on l’aime bien, ce brasseur. On ne lui veut aucun mal. Et puis, aurait-on été capable de faire mieux avec les mêmes armes ? Qui sommes-nous pour juger ?

“Une bière de prestige pour les collectionneurs.”

Alors précisons. Moi, le patron de Yapasquelakro, n’ai guère apprécié la « Summum » brassée par Gilbert Holl pour Hollbeer. Voilà, c’est dit. Et ma camarade de dégustation non plus. Mais cela ne préjuge en rien de la qualité du reste de sa production. Et allez savoir, vous la trouverez peut-être parfaite pour vos goûts.

Sinon, que dire ? Sachez que Gilbert Holl a créé sa micro-brasserie dans le charmant village haut-rhinois de Riquewihr, à quelques kilomètres de Colmar, plus connu pour la finesse de ses vins que pour la qualité de son houblon. Mais que sa distillerie, elle, existe depuis le début des années 80. Et qu’il y a imaginé le premier whisky alsacien, le « Lac’Holl ». La première Hollbeer, elle, est sortie en 1998. La « Summum », « une bière de prestige spécialement fabriquée pour les collectionneurs », a été lancée en 2004.

La fiche technique :

  • Nom : Summum.
  • Brasserie : Hollbeer.
  • Type : ambrée de haute fermentation.
  • Teneur en alcool : 7 %.
  • DLUO : mars 2013.
  • Pays : France (à Riquewihr, dans le Haut-Rhin).

À l’œil : bière ambrée, très légèrement troublée. Mousse blanche et correctement persistante.

Au nez : arômes très floraux, avec une pointe de caramel. Le tout manque de puissance.

En bouche : le premier testeur lui trouve une saveur de physalis. Pas top, quoi. Le second sent vaguement les céréales, mais sans être convaincu. Les deux la jugent acide et sont d’accord pour dire que cela ressemble plus ou moins à une mauvaise gueuze.

Note : 8,5/20. Ratée. Ou peut-être la bouteille avait-elle un souci. Dans tous les cas, la « Summum » aura un jour droit à une nouvelle dégustation, histoire de tirer tout ça au clair. On mérite tous une seconde chance.

, ,

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :