Le retour de la « Science Infuse »

31/07/2013
in Category: Bières françaises
0 1374 0

Le retour de la « Science Infuse »

« Omne tulit punctum qui miscuit utile dulci. »2013_07_31_Science_infuse_triple_01 Commencer une chronique par une phrase en latin, on ne l’avait encore jamais fait sur Yapasquelakro. C’est l’été, soit un peu le moment de tenter des trucs nouveaux, non ? « Omne tulit punctum qui miscuit utile dulci. », donc. Ce qui peut plus ou moins se traduire par quelque chose comme « la perfection, c’est joindre l’utile à l’agréable ». Si vous êtes un fidèle lecteur du blog, et pour peu que votre mémoire ne vous fasse pas complètement défaut, vous voyez où l’on veut en venir. La formule est la devise de la « Science Infuse », cette bière brassée par l’Université de La Rochelle. Mais tout cela, on vous l’a déjà raconté en juin dernier, à l’occasion d’une chronique sur la « Science Infuse blanche ». On ne vous refera donc pas l’histoire. Et on se contentera de rentrer dans le vif du sujet : la « Science Infuse Triple ».

“Un hommage aux meilleures bières du monde.”

Sachez ainsi que la « Science Infuse Triple » a été « créée en 2006 pour rendre hommage aux meilleures bières du monde ». Elle a reçu, en 2007, un Fourquet d’or au Salon de Saint-Nicolas-de-Port, catégorie bières blondes de fermentation haute – brasseurs amateurs. Puis, un an plus tard, un nouveau Fourquet d’or, cette fois-ci en catégorie bières d’abbaye – brasseurs professionnels. En 2012, elle est médaillée d’argent au Concours général agricole de Paris et lors des Premières journées de la bière artisanale de Royan. Joli palmarès.

2013_07_31_Science_infuse_triple_02

La fiche technique :

  • Nom : Science infuse triple.
  • Brasserie : Université de La Rochelle.
  • Type : triple d’abbaye.
  • Teneur en alcool : 8,5 %.
  • DLUO : septembre 2013.
  • Pays : France (à La Rochelle, en Charente-Maritime).

À l’œil : bière assez limpide, de couleur paille. Bulles fines et abondantes, forte carbonation. Mousse blanche qui s’évapore rapidement.

Au nez : arômes agréables de céréales. Une fois aérée, on lui trouve un petit côté « miel ».

En bouche : attaque sur le miel. Assez ronde, un poil amère dans le final.

Note : 13,5/20 (puis 15/20 après une seconde dégustation). Meilleure que sa cousine blanche. Sympa, sans être non plus incroyable.

Seconde dégustation

On a remis ça. Et après une seconde dégustation, on a décidé de revoir un peu notre jugement. À l’œil, rien ne change. Au nez, pas grand-chose. Tout juste peut-on ajouter que les arômes sont plus puissants que lors du premier test. En bouche, on lui trouve une saveur de pain frais dans l’attaque. La note finale est fruitée (abricot), avec toujours cette belle petite amertume. Globalement bien équilibrée. Sa note passe de 13,5/20 à 15/20. [Modification apportée le 23 mars 2014. DLUO de la bière dégustée : octobre 2015.]

, , , , , ,

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :