Du vin ? Non, de la bière

28/08/2014
in Category: Bières françaises
0 1604 0

Du vin ? Non, de la bière

Abordons, aujourd’hui, le cas du barley wine.2014_08_28_Mont_Saleve_barley-wine_1.1 On a bien dit barley wine. Et pas Barry White. Quoi qu’un lien, dans le fond, existe entre les deux. Un barley wine, finalement, ce n’est qu’une bière aussi profonde et corsée que pouvait l’être la voix du défunt chanteur américain. Le genre de demi que l’on évite de prendre en pinte. Que l’on savoure, tranquillement. En se lovant dans un grand canapé en cuir, au coin du feu. Hum, on s’égare là.

Revenons-en donc au barley wine. Un vin d’orge si l’on traduit l’expression en français. Une bière d’un brun plus ou moins foncé, assez sucrée et maltée. Et fortement alcoolisée. À vrai dire, le barley wine est même souvent utilisé en digestif et servi en quantités restreintes (d’où mon histoire de sofa et de coin du feu). Ou pour accompagner des mets de caractère, tel un bon vieux fromage auquel on aurait laissé le temps de s’affirmer.

« Une renaissance de l’autre côté de l’Atlantique »

Son origine remonterait au début du XIXe siècle. À l’époque, les riches aristocrates britanniques n’ont plus de bons vins à déguster, les guerres napoléoniennes ayant mis un terme aux importations françaises. Ils se seraient tournés, du coup, vers ce style. Les années passant, le barley wine est peu à peu tombé en désuétude. Jusqu’à sa renaissance, dans les années 70, dans des États-Unis en pleine redécouverte de la bière artisanale.

De nos jours, on brasse aussi d’excellents barley wines en France. Pour preuve, celui de la Brasserie du Mont Salève. Le brasseur, Mickaël Novo, dont on vous a déjà plusieurs fois parlé ici, l’a lancé en 2010. On vous présente là la version « classique », mais il propose aussi des déclinaisons vieillies en barriques.

2014_08_28_Mont_Saleve_barley-wine_1.2

La fiche technique :

  • Nom : Mont Salève barley wine.
  • Brasserie : Brasserie du Mont Salève.
  • Type : barley wine.
  • Teneur en alcool : 10,5 %.
  • DLUO : octobre 2014.
  • Pays : France (à Neydens, en Haute-Savoie).

À l’œil couleur rouge avec quelques reflets rubis. Mousse presque absente, mais légère, fine et assez persistante.

Au nez : toute cette histoire sent très bon. Arômes puissants de caramel et de fruits (du pruneau surtout) avec une petite touche un peu plus torréfiée bien agréable.

En bouche : attaque boisée puis arrive le caramel. Les fruits et le sucre sont bien contre-balancés par l’amertume. Grande longueur en bouche. Petit côté épicé à la fin sur la langue. Moelleuse, onctueuse, équilibrée et sèche.

Note : 17/20. Chaleureuse, longue et agréable. Que demander de plus ?

, , , ,

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :