Le diable au corps

01/09/2014
in Category: Bières danoises
0 1293 0

Le diable au corps

2014_09_01_EviltwinBrewing_EvenMoreJesus_1.1« Nous avons l’intention de vous perturber, de vous troubler et de vous éclairer avec des bières inoubliables. » C’est beau, non ? En tout cas, ça fait rêver. Cette profession de foi, c’est celle d’Evil Twin Brewing. Une brasserie danoise fondée en 2010 par les jumeaux Mikkel et Jeppe Jarnit-Bjergsø. Mikkel, en fait, on le connaît déjà un tout petit peu par ici. Avant de créer Evil Twin, il avait commencé par lancer Mikkeler, considérée comme l’une des meilleures brasseries du moment. Et qui élabore cette merveilleuse petite « 1000 IBU Ultramate » que nous avions, en novembre dernier, terriblement appréciée.

Comme Mikkeler, Evil Twin est une brasserie itinérante. Pas de locaux à elle, et des bières produites en collaboration. « Toutes les bières d’Evil Twin sont brassées dans l’une des dix meilleures brasseries du monde, exclusivement de manière artisanale pour vous satisfaire avec des saveurs délicates, géniales, extrêmes, rares. » Rien que ça. Mikkeler et Evil Twin partagent du reste un même état d’esprit. Les frères Jarnit-Bjergsø veulent sans cesse apprendre, innover, créer.

« La bière des tsars »

Parmi l’immense catalogue proposé par ces jumeaux terribles, on a choisi aujourd’hui d’évoquer le cas de l’« Even more Jesus ». Une gamme qui reprend un style ancien. L’imperial stout.

Sa petite histoire (celle de l’imperial stout, pas celle de l’« Even more Jesus ») débute à la fin du XVIIe siècle. Quand, en 1698, le tsar Pierre le Grand visite l’Angleterre et ramène en Russie quelques bières. Problème : les stouts, dont il raffole, ne supportent pas le voyage. Du coup, à Londres via les cuves de la brasserie Barclay, on lui mijote une bière plus forte en alcool et plus houblonnée. Bingo. Citons Michael Jackson« La Grande Catherine, tsarine aux célèbres appétits, commanda aux brasseries de Saint-Petersbourg, la production de bières de ce type, ce qu’elles font encore aujourd’hui […] La caractéristique essentielle de l’imperial stout est une saveur de fruit caramélisé qu’on retrouve dans les cakes, produite lorsque les malts fermentent jusqu’à un degré alcoolique élevé. Ainsi, outre sa qualité antigel, l’imperial stout fait une superbe bière de dessert ».

Mikkel et Jeppe Jarnit-Bjergsø, eux, sont plutôt contents de leur « Even more Jesus ». Ils la produisent en tout cas depuis 2012 en association avec les Américains de Westbrook Brewing Co.

2014_09_01_EviltwinBrewing_EvenMoreJesus_1.2

La fiche technique :

À l’œil bière d’un noir impénétrable. Mousse brune, assez dense, qui ne laisse au final qu’un fin collet. Aucune bulle.

Au nez : c’est puissant, mes aïeux. Un peu de pruneau, un peu de chocolat, un peu de vanille. Quelques effluves d’alcool et un petit côté cognac.

En bouche : attaque douce et sucrée où l’on retrouve le pruneau et la vanille. Le chocolat n’arrive que dans un second temps, accompagné d’une touche de café. Au final assez peu amère. Belle longueur en bouche. Crémeuse et sèche, aussi.

Note : 18/20. D’accord, Noël est encore loin. Et il est encore un peu tôt pour penser aux cadeaux. Mais celle-là, vous pouvez l’ajouter à votre liste.

, , ,

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :